Agenda Culturel

celeste

aaic-01

Vous trouverez dans cette page nos prochains évènements et une agenda d`évènements de partenaires ou tout simplement d`acteurs culturels et artistiques à Paris et en France.

Si vous souhaitez proposer un évènement à insérer dans cet agenda, envoyez nous les informations avec si possible des visuels.

celeste

« Aires de mi tierra »

Concert de musiques colombiennes avec flûtes, tiple,  guitarron et voix.

Bambucos, pasillos, joropos, cumbias…..

DIMANCHE 23 avril à 16H

CHAPELLE SAINT CHARLES, 16 bis rue de la croix Saint Simon, PARIS 20ème

Mètro: Maraichers

ENTREE LIBRE

Consuelo Uribe (chant, tiple, cuatro), Edison Carranza (flûtes, voix), Diego Uribe (flûtes, voix), Nelson Gomez (guitarron, voix)

celeste

Du 18 avril au 31 mai 2017
AMÉRINDIENS : les traditions et les savoirs
Un itinéraire dans les Andes au Pérou, en Bolivie et en Équateur
Traditions pour Demain expose sur les grilles autour du siège de l’UNESCO
A l’occasion des 10 ans de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.
Exposition présentée sur les grilles autour du siège de l’UNESCO
Avenue de Suffren, Paris 7e Métro : Ségur -UNESCO, Cambronne, Ecole militaire
Informations : Traditions pour Demain 01 47 05 16 24

Dossier PDF cliquez ICI

celeste

Armand Gatti est mort le 6 avril 2017, à l’`hôpital Begin de Vincennes.
Gatti, Dante, Sauveur est né le 26 janvier 1924 à la maternité de l`’hôpital de Monaco, fils d`’Auguste Gatti, balayeur et de Letizia Luzona, femme de ménage.
Armand Gatti, c’est le journalisme qui lui a voulu ce prénom, mais Dante il est resté, aussi. Avant il fut Don qui, résistant, arrêté, évadé, parachutiste. Il fut journaliste, au Parisien Libéré, reporter couronné par le Prix Albert-Londres en 1954, puis à Paris-Match et d`’autres journaux. Il fut auteur, dramaturge, metteur en scène, Le Crapaud Buffle, le Poisson Noir, La Vie Imaginaire de l’éboueur Auguste G., Chant public devant deux chaises électriques, Les Treize soleils de la rue Saint-Blaise, Le Cheval qui se suicide par le feu, Rosa collective, La passion du général Franco, Le chant d’amour des alphabets d’Auschwitz, le Cinécadre de l`’esplanade Loreto, Didascalie se promenant seule dans un théâtre vide, Le couteau d’`Evariste Galois, sont quelques uns des titres de son théâtre. Il fut réalisateur de films, consacré avec le premier, L`’Enclos, à Cannes en 1961, ignoré dès le second, El Otro Cristobal, tourné à Cuba, suivirent Le Passage de L`Ebre en Allemagne, Nous étions tous des noms d’`arbres en Irlande du Nord. Et Gatti se fit écrivain public, vidéaste, nomade, du Brabant Wallon à Montbéliard, de Ris-Orangis à Strasbourg, en passant par Toulouse, Marseille, L`’Isle d`’Abeau, Avignon, Genève, Besançon, Lyon, etc.
Il prit le chemin de la Parole errante pour une longue marche dans la traversée des langages et la physique quantique. N`’en finira plus d`’explorer Les sept possibilités du train 713 en partance d’`Auschwitz.
De Gatti, Henri Michaux disait à leur première rencontre : « Depuis vingt ans parachutiste, mais d`’où diable tombait-il ? » La question reste ouverte.
Gatti est à jamais dans l’`espace utopique que ses mots ont déployé, celui où le communard Eugène Varlin croise Felipe l’Indien, où Rosa Luxembourg poursuit le dialogue avec les oiseaux de François d’Assise, où Antonio Gramsci fraternise avec Jean Cavaillès, Buenaventura Durruti avec Etty Hilsum, Auguste G. avec Nestor Makhno.
Gatti, si on ne le sait déjà, on le saura bientôt, est l’`un des plus grands poètes de notre temps et des autres.

Les funerailles auront lieu
Jeudi 13 avril à 15h30
au funérarium du Père Lachaise
métro : Gambetta

Différents amis, complices, témoins et fidèles y prendront la parole.
Pour tout renseignement, vous pouvez nous téléphoner au :
06 08 25 77 61
Jean-Jacques Hocquard

celeste

L’image contient peut-être : texte

celeste


8eme festival de cinema engage latino-americain PICO Y PALA

Soiree d’ouverture

Vendredi 7 avril à 19H30

Focus Cuba : « Puisqu’en revant nous sommes plus reveilles »

Lieu : Magic Cinéma,

rue du chemin vert, BOBIGNY, M°5 Bobigny

A l’heure où les relations entre Cuba et le monde sont redéfinies par le décès de Fidel Castro et l’avènement de Donald Trump, il est intéressant de revenir sur deux moments-clés qui ont provoqué une profonde crise identitaire, sociale et culturelle sur l’île : l’installation de la base militaire étasunienne à Guantánamo et la mise en place du blocus économique. Dans ce contexte, les documentaires suivants témoignent de la force, de la solidarité et de la détermination du peuple cubain dans ce difficile chemin vers l’indépendance.

Guantanamo nous appartient (Todo Guantanamo es nuestro)

De Hernando Calvo Ospina. Cuba, 2016, 36min

A travers des images d’archives et témoignages des cubains, le réalisateur présente un regard original sur cet autre Guantánamo – une province, avec ses richesses, ses coutumes, et surtout son peuple à qui l’on a imposé ces installations militaires dans l’indifférence générale.

Réfugié politique colombien en France, Hernando Calvo Ospina est documentariste, écrivain et journaliste notamment pour « Le Monde diplomatique ».

Malgre tout (A pesar de todo)

De Juans Carlos Travieso Fajardo. Cuba, 2012, 35 min

Le blocus économique a eu des effets sur le développement personnel, culturel et artistique du peuple cubain, et est devenu une véritable source d’inspiration pour des artistes comme Maykel Herrera dont les œuvres plastiques évoque une enfance sous embargo.

Juan Carlos Travieso est un jeune cinéaste cubain qui travaille avec le Centro Pablo de la Torriente Brau, l’un des plus actifs de La Havane dans le domaine de l’art digital, la poésie et la musique.

Projection suivie d’un débat en présence du réalisateur Hernando Calvo Ospina

BUFFET latino-américain et CONCERT acoustique avec Zeta

Une chanteuse franco-colombienne et un guitariste de premier plan sur la scène parisienne, c’est le mélange idéal pour vous plonger au coeur de la musique délicate et rythmée de l’Amérique Latine. Entre standards et musique traditionnelle, le duo Zeta vous propose de parcourir un continent où se côtoient bossa nova, salsa, boléro, cumbia, samba et autres rythmes plus chaleureux les uns que les autres !

Chant : Eléonore Diaz

Guitare : Anthony Winzenrieth

————————————————————————————————————

8eme festival de cinema engage latino-americain PICO Y PALA – Jour 2

Samedi 8 avril 2017 14h

« Colombie : le long chemin vers la paix »

Lieu : Le Sans Plomb

9, rue Ernest Renan, IVRY, M°7 Mairie d’Ivry, RER C Ivry/Seine

14h30 Longue marche

De Bruno Muel et Jean-Pierre Sergent, 1965, 20’

Septembre 1965, deux jeunes cinéastes français, Bruno Muel et Jean-Pierre Sergent arrivent en Colombie. Depuis plus d’un an déjà, le gouvernement du Front National de Guillermo León Valencia avait déclaré la guerre aux paysans de Marquetalia en se déchainant contre les « républiques indépendantes », le plan LASO (Latin American Security Operation) était en marche, Riochiquito représentait l’étape suivante. Les cinéastes réussirent à pénétrer dans la zone de guerre, à rencontrer les guérilléros, à filmer les bombardements, l’évacuation des paysans, à enregistrer les images d’un conflit armé qui se prolongerait pendant plus d’un demi siècle.

Rostros de la memoria

Centro de Memoria Historica, 2015, 46’

Rostros de la memoria présente quelques unes des initiatives de mémoire développées par les communautés et organisations de victimes dans l’ensemble du pays, particulièrement les expériences de Graffitour de la Comuna 13 à Medellin, les chants funèbres de Pogue à Bojaya, Choco, le Parc du Monument à Trujillo, Vallée du Cauca, et le Salon du “Nunca mas” à Granada, Antioquia. “Les Visages de la mémoire”, recueille un échantillon de la créativité des colombiens et colombiennes qui racontent leurs histoires de résistance à travers les arts, la culture, la transformation d’espaces et la muséologie.

+ Débat

17h00 La Paz cotidiana

Meraki Producciones, Colombie, 4’

Court métrage récompensé dans le cadre du concours du festival de ciné communautaire Ojo al Sancocho. Une initiative audiovisuelle qui révèle que le chemin du “NON” est celui de la violence, et qui contribue à construire la paix depuis la quotidienneté et le quartier.

Tierra y Sangre

Ariel Arango, Colombie/Argentine, 2016, 43’

“La Terre et le sang” retrace différents moments de lutte du mouvement indigène du nord du Cauca (Colombie) avant le processus de “Libération de la Terre Mère” en 2015 et 2016. Le documentaire témoigne du combat pour la pleine autonomie juridique des communautés indigènes et le droit à la mobilisation social. Un document de mémoire sur la lutte millénaire du peuple nasa et une réflexion sur le processus de paix en cours aujourd’hui.

18h00 Retratos de una resistencia indigena

De Myriam Laalej et Messaline Porchet Attinger, France/Colombie, 2016, 59’

Amado, Benyi, Roberto et Sylvestre sont respectivement Arhuacos, Wiwa et Kogi. Ce sont les indigènes qui peuplent la Sierra Nevada de Santa Martha (Colombie). Victimes des violences de la région, ils ont choisi comme stratégie de défense la caméra. Loin de donner une image exotique, nous découvrons des indigènes qui tout en préservant leur culture ont décidé d’utiliser certains outils produits de la modernité occidentale.

+ Discussion en présence des réalisatrices

REPAS

Arroz aguado végétarien

21H CONCERTS

Sonora de Luchar

Sonora de Luchar est une coopérative de production musicale auto-gérée, plurielle et hétéroclite, sans hiérarchies. Elle est au service des diverses luttes contre le capitalisme, le patriarcat et le colonialisme. Elle propose de fêter et danser le bien vivre local et global avec vous, dans les rues ou dans vos locaux, vous apportant joie et créations musicales rebelles.https://www.facebook.com/pg/sonoradeluchar/

Cumbia Bamba

Cumbia Bamba est né d’un attachement à la cumbia, avec l’envie de s’affranchir du style classique pour créer une cumbia « falsifiée » (bamba) et d’y intégrer les influences musicales propres à chacun (hip hop, rock, ska…).

Cette fusion éclectique aboutit à une musique qui se danse, autant qu’ elle se dandine ou se sautille. Escapade exotique pour les uns, retour aux racines pour les autres, cette musique s’adapte à tous les types de soirées.

DJ Ziman

Electro-Tribal, Afro-Latin digital, Cumbia, Soultropikal & Globalbass

https://soundcloud.com/intiziman

————————————————————————————————-

8eme festival de cinema engage latino-americain PICO Y PALA – Jour 3

Dimanche 9 avril 2017 14h30

« Un toit ou un repas – Migrations en Amerique Latine »

Lieu : Le Clos sauvage

12 rue du clos benard, AUBERVILLIERS, M°7 Quatre chemins

Les politiques migratoires latino-américaines évoluent depuis dix ans, car les flux sont de plus en plus importants, et pas seulement vers les Etats-Unis. Dans les documentaires présentés, les discours ouvertement racistes et la violence instituée dont sont victimes les migrants ne doivent cependant pas faire oublier que les citoyens s’organisent pour leur offrir un repas ou un toit, faire reconnaître leurs droits.

14h30 Les invisibles (Los invisibles)

Marc Silver y Gael García Bernal, Mexique, 2011, 20′

Chaque année, des dizaine de milliers de personnes quittent leur foyer en Amérique centrale et traversent le Mexique en direction des Etats-Unis, au péril de leurs vies. L’acteur et producteur mexicain Gael Garcia Bernal en collaboration avec Amnesty International donne à voir un voyage fait d’abus, de séquestrations, de violences et de meurtres.

Quand passe le train

Jérémie Reichenbach, France, 2013, 30′

Dans le village de La Patrona au Mexique, où la vie est rythmée par le passage des trains marchandises remplis de migrants, un groupe d’une dizaine de femmes de plusieurs générations s’est formé et a décidé d’agir.

 Migrhambre

Jose Luis Elizalde, Mexique, 2015, 30′

Dans les Auberge des migrants, tenue par des volontaires, l’accueil et l’aide aux migrants s’organisent.

+ DEBAT

VERNISSAGE EXPOSITION du Collectif sans plus attendre

Depuis janvier 2016 et dans le cadre d’un projet de recherche, le collectif Sans plus attendre s’est rendu régulièrement dans la New Jungle de Calais afin de rendre compte de se qui s’invente, dans ce morceau de ville malmené par les politiques migratoires, mais qui ne cesse d’exister, de proposer, de surprendre envers et contre tout. Relevés habités, cartes mentales, sujets photographiques, dessins, la matière ne manque pas!

https://sansplusattendre.org/

17h Courts-métrages et Citoyens de nulle part

Nicolas-Alexandre Tremblay et Régis Coussot, Canada/Haiti/République dominicaine, 2015, 52′

Septembre 2013. La sentence tombe! Le Tribunal Constitutionnel dominicain vient de rendre près d’un quart de millions de dominicains d’origine haïtienne apatrides. Aujourd’hui identifiés comme le mal qui ronge ce pays, ils ont tout perdu : leurs droits, leur liberté, leur identité. Sous forme de conte, narré par le poète et dramaturge haïtien Jean-Claude Martineau, le film plonge droit au cœur du drame humain vécu par ces migrants, qui ont tout sacrifié pour suivre leur rêve de liberté.

DÉBAT Politiques migratoires et initiatives citoyennes

19h REPAS

CONCERT : La MFP,
Un souffle de swing, de klezmer, tangos et autres dérives orientales, sans cadres ni formats! De la musique à l’ ancienne!

celeste

EMISIONES AMERICAS & C’EST LE PEROU
DOMINGOS A LAS 10h00
DIMANCHES À 10H00
106.3 FM
EN INTERNET :
1, rue de la Solidarité 75019 Paris
Antena : 01 40 05 06 10
Movil : 06 51 58 05 25

 

celeste

ZONA FRANCA sort en salles mercredi 15 février !

Pour ne pas le manquer, voici la liste des cinémas qui le projettent

EN SORTIE NATIONALE

1er mars
LE FIGUIER BLANC, ARGENTEUIL
PARVIS-SCÈNE NATIONALE DES HAUTES-PYRÉNÉES, IBOS
LE LUXY, IVRY (avec séance-débat le 6 mars)

8 mars
UTOPIA, AVIGNON (avec séance-débat le 13 mars)
UTOPIA, BORDEAUX
OPÉRA, REIMS (Festival Parada-Ciné)
OMNIA RÉPUBLIQUE, ROUEN
LE NAVIRE, VALENCE (avec séance-débat le 14 mars)
L’ATALANTE, GOURDON

15 mars
JEAN MARAIS, AUCAMVILLE (séance-débat le 20 mars)
ROBERT DOISNEAU, BIARS-SUR-CÈRE (séance-débat le 15 mars)
ABC, CAHORS (séance-débat le 21 mars)
LA STRADA, DECAZEVILLE (séance-débat le 16 mars)
L’ESTIVE, FOIX (séance-débat le 18 mars)
BOBINE, QUIMPERLÉ
SALLES-LA-SOURCE ou MARCILLAC (circuit Mondes et Multitudes) (séance-débat le 17 mars)
LE CRATÈRE, TOULOUSE (séance-débat le 19 mars)
LE LUMIÈRE, L’UNION, présence du réalisateur dans le cadre du festival hispanophone.
LA COURSIVE, LA ROCHELLE
CINÉMA MJC, VERDUN-SUR-GARONNE
CINÉ THÉÂTRE, CAUSSADE
UTOPIA, SAINTE-LIVRADE-SUR-LOT
MAISON DE LA VALLÉE, LUZ-SAINT-SAUVEUR
LE MÉLIÈS, GRENOBLE

22 mars
LE MAZARIN, AIX-EN-PROVENCE, dans le cadre du festival Latino
LE FORUM, CHAMBÉRY, pour la Quinzaine latino-américaine
LE CLUB, NANTUA, séance en présence du réalisateur le 28.
LE ZOLA, VILLEURBANNE  (séance-débat le 27 mars)
LE SÉNÉCHAL, LECTOURE
 LES MONTREURS D’IMAGES, AGEN

12 avril
CAP CINÉMA, BLOIS, soirée latino le 13 avril.

19 avril
PLAZA, MARMANDE
CINÉ M, MOURENX (séance-débat le 23 avril)
LUXOR, OLORON  (séance-débat le 24 avril)
SALEYS, SALIES DE BEARN (séance-débat le 25 avril)

Salles qui programmeront le film mais en attente de dates :

Paris / Archipel
Angers / 400 Coups
Marseille / Gyptis
Nantes / Concorde
Port-de-Bouc / Meliès
Strasbourg / Star
Poitiers / TAP Cinéma

Ce qu’en pense la presse…

« C’est l’histoire d’une terre porteuse de rêves et de fantasmes : la Patagonie, ce mythe de bout du monde. Ce documentaire inspiré, neuf et fort de sa lucidité, regorge d’innombrables qualités. A découvrir absolument ! » TÉLÉRAMA

« Georgi Lazarevski dévoile, grâce à un sens consommé de l’espace, la splendeur terrible de cette région. Un beau documentaire au montage intelligent et sensible. » LE MONDE

« Un documentaire vivant et touffu, qui passe progressivement de la majesté sereine et froide des paysages à l’effervescence urbaine. » L’HUMANITÉ

« Un beau documentaire empathique, une cruelle et lucide leçon d’histoire universelle. » LIBÉRATION

« Georgi Lazarevski met finement au jour des pépites de vérités enfouies sous les beautés de la nature. Un film politique au sens fort mais aussi nuancé, qui laisse leur place au rêve, aux sentiments, à la pudeur. » LE CANARD ENCHAÎNÉ

« Une belle réflexion sur l’opposition de deux mondes, dans une Patagonie où une grève vient rouvrir les cicatrices coloniales. » LES FICHES DU CINÉMA

« Georgi Lazarevski, photographe d’origine yougoslave, a un regard magnifique, émouvant, sur cette contrée battue par les vents et les vagues du pôle Sud. Puissance poétique, beauté des confins. » L’OBS

« Film nourri au combat de manifestants, tantôt naïfs, tantôt avisés, contre des forces qui les dépassent, Zona Franca abonde de témoignages passionnants. Georgi Lazarevski réussit son pari et délivre une passionnante réflexion sur cette nouvelle ère de colonisation, la mondialisation. » AVOIR-ALIRE.COM
« Un geste cinématographique magnifique d’émotion et d’intelligence. Rivette parlait d’affaire de morale à propos du malencontreux travelling de Pontecorvo dans Kapo. Sur ce plan, Lazarevski est d’une éthique irréprochable, en n’objétisant pas son protagoniste, en laissant de l’espace à l’humain. » CRITIKAT.COM

celeste

Affichage de amjfpdfilbofagcd.png en cours...